Nous vous invitons à pivoter votre tablette pour une navigation optimisée

Inscrivez-vous à la newsletter Sisley et profitez de nos offres privilèges et de nos conseils beauté.

En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous acceptez de recevoir la newsletter SISLEY.
+ d'infos sur vos données personnelles

Comprendre les peaux


Par sa structure et sa fonction, au-delà de sa couleur et de son type, la peau est universelle. Et entre toutes les couleurs de peau qui existent, il y a plus de points communs que de différences. C’est elle qui, chez les hommes comme les femmes, et à tout âge, représente la première barrière de protection contre de nombreuses agressions.

Toutes les peaux rêvent de douceur, de confort, de souplesse et d’éclat. C’est pourquoi elles ont toutes besoin d’être nettoyées, protégées, hydratées, et parfois purifiées ou nourries. Marque pionnière, Sisley s’est inspirée de la nature pour mettre au point la phyto-cosmétologie : des soins haute performance qui d’adressent à toutes les peaux, quels que soient leurs besoins.

Pour comprendre le fonctionnement de la peau, il faut se pencher sur l’épigénétique. Si la génétique correspond à l’étude des gènes (l’hérédité), l’épigénétique s’intéresse au mode de vie qui détermine la façon dont ces gènes s’expriment : le climat, la pollution, l’alimentation, ce qu’on applique sur la peau, le stress, le sommeil… Ainsi, l'ADN est la partition de musique, et l'épigénétique les différentes manières dont les musiciens (nous) peuvent jouer cette partition.

Sisley prend en compte tous ces facteurs pour élaborer ses soins, et ainsi répondre de manière précise et efficace aux problèmes de chacun.

Les types de peaux

Les types de peaux (normale, grasse, mixte, sèche) sont influencés par notre patrimoine génétique.

Peau normale

La peau normale est une peau équilibrée : ni trop grasse, ni trop sèche, dont le pH est idéal. Elle est à la fois mate et lumineuse, et ne présente ni tiraillements, ni brillances. C’est la peau des enfants par excellence, qu’on retrouve assez rarement chez les adultes. Passé le stade de l’enfance, une peau normale peut être sujette à des désagréments liés à l’environnement ou aux changements internes. Ainsi, en hiver, elle peut souffrir de sécheresse ou de déshydratation.

Ses besoins : Hydratation et Protection.

Peau mixtes à grasses

Les peaux mixtes à grasses se caractérisent par une sécrétion excessive de sébum. Ces peaux sont déterminées génétiquement, mais elles peuvent également être causées par des facteurs internes comme les changements hormonaux et externes : climats chauds et humides, produits nettoyants trop agressifs ou non adaptés au type de peau… Elle se traduit par une peau plus épaisse, des pores dilatés, des brillances sur la zone T (front, nez, menton) et des imperfections cutanées.

Le grain de la peau mixte est irrégulier, les pores de la zone médiane sont visibles, et des imperfections cutanées peuvent apparaître à cet endroit. La zone T est en général confortable car plus grasse que le reste du visage, tandis que les joues sont normales à sèches et peuvent connaitre une sensation de tiraillement. La peau a donc besoin d’être équilibrée.

Ses besoins : Pureté, Uniformité et Eclat du teint

Peau sèche

Parce qu’elle manque de lipides et d’eau, la peau sèche souffre de sensations d’inconfort qui se traduisent de différentes manières : picotements, tiraillements, échauffements… Elle peut également avoir tendance à peler. La fonction barrière de ce type de peau est altérée, elle est donc plus vulnérable. Son grain de peau est uniforme, avec des ridules visibles et parfois une rugosité sur le visage ; le teint peut paraître terne.

Ses besoins : Nutrition, Hydratation et Protection.

Les états de peaux

Les états de peaux (sensible, déshydratée, mature) concernent tous les types de peau et peuvent évoluer dans le temps.

Peau mature

Avec le temps, la peau est progressivement affectée par les effets du vieillissement. Le vieillissement cutané, dans ses premières manifestations, peut être lié au patrimoine génétique (programmée dans notre ADN), à l’environnement (soleil, pollution, conditions climatiques hostiles, climatisation) ou au comportement (mode de vie, excès,…). La peau mature peut se traduire par un manque de tonicité, un relâchement cutané, des rides, une déshydratation, une sècheresse, une perte d’éclat, voire l’apparition de taches pigmentaires.

Peau sensible

La sensibilité cutanée peut toucher tous les types de peau. On peut la voir apparaître en raison de facteurs extérieurs (cosmétiques non adaptés au type de peau, eau calcaire, style de vie, climat, pollution, exposition excessive au soleil…). La peau sensible se traduit par des sensations d’échauffement, de brûlure, d’inconfort, de picotement et de tiraillement, des rougeurs éparses et un toucher rugueux sur ces zones.

Peau déshydratée

La peau déshydratée manque d'eau. Elle peut toucher tous les types de peau, du moins épisodiquement. La déshydratation cutanée peut être aggravée par des facteurs tels que l'âge, l'usage de nettoyants ou de toniques inadaptés, l'exposition au soleil, à la pollution, au vent, à la climatisation, au stress… Elle se traduit par un manque de souplesse et de douceur, ainsi qu’une perte d’éclat et l’apparition de ridules de déshydratation.

Les couleurs de peaux

La gamme de couleurs de la peau est déterminée par la biologie : pigment rouge des capillaires sanguins, pigment bleu des veinules, pigment jaune du carotène alimentaire et pigments jaunes à bruns des mélanines.

L'eumélanine (brun-noir) et la phéomélanine (jaune-rouge) donnent à la peau sa coloration et la protègent des effets néfastes des rayonnements du soleil. La classification de Fitzpatrick (phototype I à VI) regroupe les individus selon la réaction de leur peau à une exposition solaire. Plus le ton de la peau est foncé, plus le phototype est élevé.

Chaque peau a un sous-ton qui lui est propre : froid (nuances rose, rouge, bleu), chaud (nuances dorée, cuivrée, olive) ou neutre (mélange des sous-tons froid et chaud).

  1. Peau pâle
  2. Peau claire
  3. Peau dorée
  4. Peau brune
  5. Peau marron
  6. Peau marron foncée

Peaux d’origine africaine

En moyenne, les peaux d’origine africaine sont moins sensibles aux agressions extérieures et vieillissent moins vite que les autres peaux grâce à leur couche cornée dense, à leur derme épais et compact ainsi qu'aux spécificités de leurs mécanismes de pigmentation : eumélanine dominante (peau plus foncée), nombreux mélanosomes de grande taille dispersés dans les kératinocytes puis transférés un par un jusque dans la couche cornée (parasol naturel plus efficace). Ce mécanisme peut parfois s’altérer et être responsable d'une hétérogénéité pigmentaire. Ces peaux manifestent des signes de déshydratation plus particulièrement hors de leur climat d'origine. Le faible taux de céramides dans leur couche cornée explique en partie une perte insensible en eau conséquente. Pour lutter contre cela et se protéger des agressions extérieures (climat, pollution, eau calcaire…), les peaux d'origine africaine produisent du sébum en plus grande quantité (hyperséborrhée). Des brillances et des boutons sont alors susceptibles d’apparaitre. Les pores sont également souvent plus dilatés. Ces phénomènes peuvent avoir pour conséquence un teint qui a tendance à perdre de son éclat et une couleur moins uniforme.

Peaux d’origine moyen-orientale, hispanique ou méditerranéenne

Ces peaux regroupent un large éventail de tons de peau (peaux claires à brunes). En moyenne, ces peaux sécrètent peu de sébum (moins de glandes sébacées) et leur perte insensible en eau est élevée. Elles manquent donc d'hydratation et de nutrition. Le teint a tendance à se griser car la peau réfléchit moins bien la lumière. Sous le soleil, ce sont des peaux qui bronzent sans brûler. En hiver, leur sous-ton est susceptible de tendre vers une nuance verte. On parle alors de teint olivâtre. Les peaux d'origine moyen-orientale, hispanique ou méditerranéenne sont sujettes aux cernes hyperpigmentés qui créent un halo brun sur le contour de l'œil.

Peaux d’origine asiatique

La couche cornée mince et la plus faible cohésion cellulaire observées en moyenne auprès des peaux d'origine asiatique, rendent la fonction barrière épidermique moins efficiente. Ce qui explique leur vulnérabilité aux agressions extérieures (stress, pollution, froid…). Elles sont biologiquement sensibles. Les signes de vieillissement apparaissent tardivement pour les peaux d'origine asiatique car la mélanine agit comme un bouclier protégeant la peau contre les rayons nocifs du soleil (photo-protection). Toutefois, les zones les plus photo-exposées présentent très tôt dans leur vie des taches hyperpigmentées. Les premières manifestations de l’âge seront une perte de fermeté au niveau de l’ovale du visage et des contours moins nets. Le phénomène de rides apparaitra plus tardivement. Quelle que soit leur teinte, toutes sont pénalisées par un manque d'éclat. Cette problématique s’accentue avec l'avancée en âge. En effet, la composante jaune s'intensifie au fil des années, sans qu'il y ait pour autant de variation de la composante rouge. La peau aura alors tendance à se ternir et à se griser.

Peaux d’origine caucasienne

Les peaux d’origine caucasienne résistent en moyenne moins bien aux agressions extérieures et vieillissent plus vite (photo-vieillissement). En cause une couche cornée moins dense et moins compact ainsi que les spécificités de leurs mécanismes de pigmentation : peu de mélanine (peau plus claire), les mélanosomes (peu nombreux et de petite taille) sont regroupés dans les kératinocytes puis détruits au niveau de la couche de Malpighi (parasol naturel moins efficace). En pénétrant plus facilement dans les différentes couches de la peau, les rayons ultraviolets accélèrent la destruction des fibres de collagène et d’élastine. Les premiers signes de l'âge sont susceptibles d’apparaître tôt (30 ans) surtout au niveau des contours des yeux et des lèvres. Les premières manifestations de l’âge seront les rides avant la perte de fermeté du visage ou les taches pigmentaires.