Inscrivez-vous à la newsletter Sisley et profitez de nos offres privilèges et de nos conseils beauté.

En indiquant votre adresse e-mail ci-dessus, vous acceptez de recevoir la newsletter SISLEY.
+ d'infos sur vos données personnelles

Retour

Soir d’Orient

Prolongeant l’évasion initiée par l’Eau du Soir, Sisley propose avec Soir d’Orient une nouvelle invitation au voyage.

Soir d’Orient naît d’abord d’une envie. Celle de pénétrer au cœur du Patio de las Doncellas, pour y découvrir la beauté insolente des arabesques et azulejos multicolores.

« J’ai eu envie d’un parfum oriental, j’ai eu envie d’entraîner le parfumeur à l’intérieur de l’Alcazar. »

Cette eau de parfum nous transporte en effet jusque dans l’atmosphère cosmopolite et raffinée de la culture mudéjare, à la croisée de l’Orient et de l’Occident. Suivant les chemins des populations mauresques jusqu’en Andalousie, sa fragrance retient les essentiels de la route empruntée : dans l’Océan Indien, il sélectionne l’Indonésie et Madagascar ; plongeant dans le Golfe Persique, c’est l’Iran qu’il choisit ; sur les bords de la Mer Rouge, l’Egypte attire son attention ; et en longeant les côtes méditerranéennes, il s’attache à la Turquie et à l’Italie. Au-delà des arcades du palais, les éclats de vies, de voix, résonnent sous les pas d’une promenade au crépuscule, voilée des senteurs que propagent les embrasures grandes ouvertes de l’édifice. Soir d’Orient est avant tout l’histoire d’une traversée rêvée par Isabelle d’Ornano vers les berges du souvenir, qui entraîne Sisley dans la magie de cette atmosphère d’élégante opulence. Un pèlerinage vers des terres andalouses qui se laissent appréhender par le biais d’une respiration.

« Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige ! »

(Baudelaire, Harmonie du Soir)

Une envolée pétillante et envoûtante…

L’éclat du Citron d’Italie s’accorde avec la fraîcheur verte du Galbanum d’Iran pour se fondre à la rondeur voluptueuse d’un accord Safran.

… dotée d’un cœur floral et épicé…

Le Poivre noir de Madagascar orne d’une touche insolente l’énigmatique et captivante substance florale de la Rose turque et du Géranium d’Egypte.

… ouvragé d’un sillage boisé et mystérieux

La richesse d’un accord Santal et les fragrances profondes et pénétrantes de l’Encens de Somalie composent avec l’élégance chaleureuse du Patchouli d’Indonésie.

Doté d’une âme généreuse et fière, Soir d’Orient explore la singularité du peuple andalou, de ses inspirations arabes, de sa musique et de son architecture.

« C’est, je pense, l’âme de cette population […] entre l’Orient et l’Occident, avec ce que l’Orient peut apporter de plus raffiné : on est en admiration devant cette civilisation ! »

Dans le vaste silence des patios s’élèvent les notes puissantes d’un qanûn, rythmées par les accents poignants d’une voix envoûtante. Pourquoi parler d’âme ? Parce que Soir d’Orient concentre les palpitations chaudes et vibrantes du cœur de Séville qui se révèle au son des sérénades que l’obscurité chante à la lumière. A la manière d’une partition de musique, il décline les notes en arabesques dessinées par les essences boisées, épicées et chyprées, qui épousent pleinement les reliefs du palais. Dans l’harmonie du soir, il capture l’instant précieux où la ferveur des derniers éclats embrase la fraîcheur des murs de l’Alcazar. Soir d’Orient sculpte de façon inédite les enluminures de l’ancienne bâtisse où se poursuit la valse des sens, des siècles et des cultures. Superbe parade où se découvre la nature andalouse, il saisit quelques bribes de son indomptable figure. La profondeur sensuelle et épicée de Soir d’Orient est illuminée des notes vertes et hespéridées. Elle présente une variation libre de l’Eau du Soir, qui rappelle les promenades à la nuit tombante dans les jardins espagnols, en rendant hommage à l’impétuosité du caractère andalou.

Véritable travail d’orfèvre pour un joyau d’exception, l’écrin de Soir d’Orient est taillé dans le voile du mystère et de la volupté.

« On a voulu un flacon sombre parce que le parfum a un côté sombre, sensuel, féminin mais boisé. On a donc essayé de reprendre un peu de cette architecture arabe que nous trouvons ici [dans les jardins de l’Alcazar]. De plus, c’est un parfum qui peut être aussi bien porté, en Orient comme en Occident, par des hommes que par des femmes. »

D’une sensualité toute féminine promise par son cœur floral où domine la rose turque, Soir d’Orient peut également conquérir l’élégance masculine par l’empreinte subtilement boisée de l’accord Santal. Dans le soir naissant, le flacon s’allie élégamment aux parures resplendissantes des murs de l’Alcazar.

La coiffe, sculpture créée par Bronislaw Krzysztof pour Eau du Soir, habille le flacon de Soir d’Orient, et vient majestueusement parer sa mantille d’ébène laquée.

Enfin, pour accorder l’ensemble, l’étui reprend les motifs du flacon : les feuilles d’acanthe, stylisées et drapées d’or, rehaussent le carton, jouant le contraste entre les noirs mats et brillants.

« Pour moi, les sources d’inspiration inépuisables sont les jardins, l’architecture, les bruits de la ville, les odeurs… »

Soir d’Orient, c’est enfin le développement de toutes les sensibilités imaginées à l’évocation de l’Alcazar. Du bruit perlé de l’eau dans les fontaines jusqu’aux notes vives des chants espagnols s’élevant dans la volupté du soir, la mosaïque colorée qui s’envole du flacon est l’assemblage des nombreux coups de cœur d’Isabelle d’Ornano.

La parfumerie réussit le pari extraordinaire de créer des senteurs qui représentent l’accord délicat d’un ensemble de souvenirs où chacun des cinq sens a sa place. Une fois de plus avec Soir d’Orient, l’imagination donne le ton, la couleur, le goût et l’odeur, jusqu’à faire ressentir sous les doigts en fermant les yeux, les pierres encore chaudes de l’Alcazar.

Poétique et moderne, la peinture de l’artiste espagnol recompose les essences puissantes et colorées du parfum, en rehaussant l’aspect de fraîcheur exotique par le gracieux tracé de l’aquarelle.

Tout comme Eau du Soir, Soir d’Orient s’insère dans le creux de l’onde aux pulsations tranquilles qui somnole au centre du Patio de las Doncellas. C’est pourquoi le peintre rappelle avant toute chose l’importance de cette atmosphère limpide et lumineuse qui suggère la tranquillité et le chatoiement des lieux. Il puise donc son inspiration dans la balade sereine qui guide nos pas entre l’élégance et la beauté.

La composition picturale obéit de façon totalement instinctive à la composition olfactive.

En effet, se présentent d’emblée les notes de tête, en particulier celles de l’accord Safran. De là, après avoir humé et saisi ce qu’elles évoquent, Benjamin Castillo pose ses premières teintes : celles de l’accord Safran, petites tâches blondes en bas au centre ; puis il ajoute la touche acidulée du Citron à sa droite, et la ligne effilée du Galbanum à sa gauche.

Il passe ensuite aux notes de cœur. En faisant sentir la nuance avec l’essence de la Rose turque, puis celles du Poivre noir et du Géranium, l’artiste met l’accent sur la dimension florale, légère et colorée du cœur. De fait, la Rose se doit d’être représentée toute en majesté, de façon à ce que ce soit le motif qui ressorte le plus. Ensuite, celui du Poivre vient ponctuer imperceptiblement le dessin juste au-dessus de la Rose, et le Géranium d’Egypte s’épanouit sur le côté droit en effleurant doucement le Citron de ses pétales rosés. Tout en peignant chacun des ingrédients, le peintre esquisse en continu les contours du flacon, de façon à ce qu’il soit bien incorporé aux éléments naturels. Enfin les notes de fond, où la touche de l’encens prime légèrement. Une fois les pierres d’Encens déposées aux côtés du Safran et du Citron, Benjamin Castillo y mêle quelques copeaux de bois pour évoquer les accords de Santal. Pour finir, il assaisonne les grains de Poivre bruns avec les verdoyantes feuilles de Patchouli, et achève le tracé du flacon.

Avec l’encre noire qui va servir à la signature du dessin, l’artiste remplit le flacon tout en laissant en blanc légèrement ambré la feuille d’acanthe, lui conférant une pureté et un éclat plus rayonnants encore que ceux de l’or.

En fond de tableau, on distingue les reflets irisés du carrelage sous les arches au halo cristallin. Benjamin Castillo conclut sur ces termes, rappelant ses premiers propos au sujet de l’atmosphère lumineuse dont s’imprègne Soir d’Orient : le fait d’insister tout particulièrement sur les couleurs dans les ingrédients est d’autant plus important qu’il termine son œuvre avec le flacon noir et blanc. Au total, un poème aux couleurs savoureuses et rafraîchissantes, pour un parfum de créateur haut en senteurs et plein d’évocations. Dans sa peinture, l’artiste rend ainsi compte à la fois de la perception et de l’élaboration du parfum, pour accompagner Soir d’Orient d’un visuel harmonieux et élégant.

Produits associés

A voir aussi...

Laisser un commentaire

Vous devez être membre pour laisser un commentaire.

Connexion